Qui est le CNPAC ?

Écrit par Meriem Mchich

CNPAC

Le CNPAC (Comité National de Prévention des Accidents de la Circulation) est un établissement d’utilité publique institué par décret n° 2-72-275 du 27 Rajab 1397 (15 juillet 1977).

Le Comité est soumis au contrôle technique du Ministère de l’Equipement et du Transport et au contrôle financier du Ministère des Finances conformément à la législation en vigueur.

Le statut d’établissement d’utilité publique est la forme juridique qui a permis de faire du CNPAC une entité hybride qui réunit des acteurs des secteurs publics et privés engageant de nombreux intervenants à débattre de la problématique des accidents de la circulation. L’objectif étant de pouvoir prendre conjointement des décisions afin d’harmoniser les actions préventives et curatives et d’optimiser l’utilisation des moyens de lutte contre les accidents de la circulation.

Les missions du CNPAC sont les suivantes :

– Etudier et proposer aux autorités compétentes, toutes mesures destinées à réduire le nombre des accidents
de la circulation.
– Participer par tous les moyens, notamment d’information, à l’éducation du public.
– Participer à l’effort d’équipement des services de la sécurité routière en mettant à leur disposition les moyens
matériels et en assurant leur formation à leur utilisation.

Ses actions :

l’organisation d’opérations de « marketing » et de communication, une “vulgarisation” des mesures, lois et règlements, une présence continue et permanente des messages de la sécurité routière via tous les médias, un contact direct avec les usagers de la route par le biais d’actions événementielles à fort impact sur l’usager de la route, l’investissement dans l’éducation des jeunes générations à la sécurité routière Relations de publiques auprès des leaders d’opinions, prescripteurs, ONG et toute institution susceptible de participer aux efforts de lutte contre la délinquance routière, la veille technologique et médiatique, le suivi et l’évaluation des actions de communication et enfin la participation à l’équipement des services en charge du contrôle.