Pourquoi les taxis au Maroc devraient rouler en voitures électriques ?

Écrit par mohamed mounadi

Taxi electrique

Des petits taxis qui roulent au Maroc en voitures 100% électriques ? Cela peut sembler à première vue complètement utopique et plutôt irrationnel ! Sachez qu’il n’en est absolument rien ! Vous êtes sceptiques ? Eh bien jugez par vous mêmes :

Imaginez un peu que les taxis rouges de Casablanca se mettent à rouler en Renault Zoe ou en Nissan Leaf. Ces taxis font 9000 km par mois.

Pour eux, rouler en électrique 160 a 300 km quotidiennement (temps de recharge d’une heure sur une borne électrique rapide), permettra a leurs conducteurs de ramener à la maison une recette plus importante qu’avec une voiture thermique qui consommera entre 4 et 6 litres aux 100 km.

Comment donc ?

Charger une Renault Zoe de 43 kWh par exemple en deux heures coûtera entre 40 et 60 DHS quotidiennement (prix LYDEC), selon la tranche de consommation. Cette recharge permettra aux “taxieurs” de rouler entre 350 et 400 km, ce qui représente à peu près ce qu’ils roulent par jour !

Que ce soit au Maroc ou ailleurs, il est indéniable que les voitures électriques sur le court et moyen terme ne remplaceront pas les voitures à moteur thermique. Le tout est de réussir , même à petite échelle, à encourager les citoyens marocains a acquérir ou à souscrire à un leasing de véhicules électriques (V.E.).

Le message à véhiculer est celui de réussir à rassurer les gens qui hésitent à rouler en électrique à se procurer une Tesla, une Renault Zoe, une Hyundai ioniq, une Nissan Leaf ou même une BYD e6.

Ces véhicules électriques devraient bénéficier d’un intérêt de la part des autorités de notre gouvernement. Le Maroc gagnerait par exemple à se fixer pour objectif de se constituer un parc automobile de 700’000 V.E. à partir de 2030.

Un chiffre qui aidera sensiblement à mieux respirer dans les grandes villes, à l’instar un peu de ce qu’a permis le Tram à Rabat et à Casablanca.