Les femmes saoudiennes sont enfin autorisées à conduire !

Écrit par mohamed mounadi

femme-saoudienne-voiture-arabie-saoudite

Pour la première fois de son histoire, l’Arabie saoudite vient de permettre aux femmes d’avoir des permis de conduire ! Ce nouveau droit vient d’être accordé par décret royal.

L’Arabie Saoudite est souvent critiquée pour sa violation des droits des femmes. En optant pour cette décision, le royaume franchit ainsi une étape majeure vers une consécration progressive de l’égalité des sexes. Mardi dernier, le Roi Salman a édité un décret royal qui accorde aux femmes le droit d’acquérir un permis de conduire. L’information a par la suite été relayée sur l’intégralité des médias saoudiens et tweetée par l’agence de presse saoudienne SPA.

Toutefois, il convient de préciser que les dames saoudiennes pressées de se mettre au volant devront encore attendre neuf mois supplémentaires, puisque la mesure n’entrera en vigueur qu’à partir de juin 2018 !

femme-arabie-saoudite-permis-de-conduire

Rappelons que depuis de nombreuses années, l’interdiction de conduire des voitures pour la gente féminine saoudienne avait longuement nuit à la réputation internationale du royaume. Afin de protester contre une mesure aussi impopulaire, de nombreuses femmes saoudiennes s’étaient aventurées à conduire des voitures en public. Beaucoup d’entre elles ont alors été emprisonnées pour avoir osé transgresser cette interdiction qui avait toujours bénéficié du soutien féroce de la part de responsables saoudiens et de certaines personnalités religieuses au sein du royaume.

Récemment encore, Sheikh Saad Al Hijri avait déclenché l’indignation de l’opinion publique internationale et saoudienne en déclarant que les femmes ” ne pouvaient pas conduire parce qu’elles ne possèdent que le quart du cerveau de l’homme “. Suite à ces commentaires sexistes, Al Hijri avait alors été fortement critiqué par la communauté internationale, mais aussi par certains mouvements libéraux et féministes au sein du monde arabe et en Arabie Saoudite. Le prédicateur a par la suite été démis de ses fonctions.