Comment Ford compte réduire de moitié ses dépenses avant 2022 ?

Écrit par mekanikus

Ford-logo

Ford Motor Company veut réduire de moitié ses différents coûts avant 2022. Depuis l’investiture de Jim Hackett, nommé président directeur de Ford en mai dernier, le constructeur américain est entrain de revoir en profondeur ses plans de développement en vue d’optimiser les points forts liés à ses produits, mais aussi de recentrer ses activités sur ses principaux pôles de croissance, à un moment où l’industrie automobile connaît une transition technologique sans précédent.

Dans le détail, Ford va :

  • Accélérer l’introduction de véhicules intelligents et connectés. D’ici 2019, 100% des nouveaux véhicules de Ford commercialisés aux États-Unis seront connectés. L’entreprise compte également cibler la Chine et d’autres marchés. D’ici 2020, pas moins de 90% des nouveaux véhicules Ford dans le monde seront connectés.
  • Améliorer ses compétences en matière de réduction des coûts, d’investissements et de financement de sa croissance. Le constructeur s’attaque aux coûts en s’engageant à réduire la croissance de ces derniers de moitié à l’horizon 2022. L’entreprise diminuera notamment ses coûts en matériel supplémentaire à hauteur de 10 milliards USD. Ford réduira également ses coûts d’ingénierie de 4 milliards USD au cours des cinq prochaines années grâce à la rationalisation de l’utilisation de pièces détachées communes dans son processus industriel de fabrication de véhicules, mais aussi en simplifiant ses systèmes de commandes et en réduisant le nombre de prototypes construits.
  • Réserver tout son capital au financement de sa croissance. Cela commence avec la réallocation de 7 milliards USD de capital, préalablement réservés à la production de voitures de tourisme, vers les SUV et les camions. Parmi les modèles que le constructeur privilégie, le Ford Ranger et le Ford EcoSport en Amérique du Nord ainsi que le tout nouveau Ford Bronco dans le reste du monde. Ford envisage aussi de produire en Chine la prochaine Focus destinée à l’Amérique du Nord, ce qui permettra d’économiser sur les investissements et les coûts permanents de fonctionnement. En outre, Ford contracte d’un tiers ses dépenses d’investissement liées à la production des moteurs à combustion, tout en réinvestissant ce capital dans l’électrification, par rapport à l’investissement annoncé précédemment de 4,5 milliards USD.
  • Conclure davantage de partenariats. Le constructeur américain continuera à tirer parti de ses partenariats existants et à en conclure de nouveaux, tout en restant actif dans les fusions-acquisitions et en collaborant avec davantage de partenaires pour accélérer la R&D. Ford a récemment annoncé qu’il envisageait la possibilité d’une alliance stratégique avec le groupe indien Mahindra mais aussi avec Zotye en vue du développement d’une nouvelle ligne de voitures de tourisme entièrement électriques et à faible coût. Concernant le développement de véhicules autonomes, Ford a annoncé son association avec Lyft et débuté sa collaboration avec Domino’s Pizza dans le cadre de ses recherches sur l’expérience-client concernant les services de livraison.
  • Rendre ses véhicules électriques plus rentables. Ford a annoncé il y a peu la création d’une équipe dédiée au développement et à la commercialisation des véhicules électriques, et qui se penchera exclusivement sur la mise en place d’un écosystème de produits et de services pour ces derniers. Cette démarche fait suite à un autre engagement de Ford, qui consiste en la livraison de 13 nouveaux modèles de véhicules électriques au cours des cinq prochaines années, parmi lesquels un F-150 hybride, une Mustang hybride, un Transit Custom hybride rechargeable, un véhicule hybride autonome, la berline Ford Police Responder en version hybride ainsi qu’un petit SUV entièrement électrique.
  • Réduire le nombre de combinaisons possibles de personnalisation de ses véhicules en se concentrant sur ce que les utilisateurs apprécient le plus. Ford a identifié des combinaisons de personnalisation dix fois inférieures sur la prochaine génération du KUGA. Les combinaisons qui existent sur l’actuelle génération de la Fusion passeront quant à elles de 35 000 à seulement 96 pour la prochaine génération.
  •  Restructurer ses procédés de développement de produits et utilisera de nouvelles technologies. Au cours des cinq prochaines années, Ford réduira de 20% les délais de développement de ses nouveaux véhicules en s’appuyant sur les nouvelles technologies. Grâce, par exemple, aux lignes d’assemblages virtuelles, l’entreprise réduira à hauteur de 25% les délais de développement de certains modèles.
  • Réaménager ses usines. Les procédés d’impression en 3D, la robotique, les outils de réalité virtuelle et les banques de méga-données réussiront à améliorer sensiblement la logistique du constructeur.